Cette affaire défraie la chronique dans certains salons et fadas à Niamey. Une ministre de l’actuel gouvernement de la 7ème République octroie une quarantaine (précisément 48) de numéros matricules à la fonction publique à ses propres enfants, parents, amis et connaissances (PAC). C’est un scandale inacceptable. Une copie de la spécieuse décision d’affectation de ces ‘’enseignants’’ est parvenue à Niger Inter.

Le pot  aux roses à savoir la décision ‘’portant affectation de certains enseignants nouvellement engagés’’  par le ministre des enseignements secondaires vient finalement d’être découvert. Cette forfaiture consacre l’engagement de 48 enseignants du secondaire de manière frauduleuse.

Le hic c’est que tout ce beau monde n’obéit pas aux critères de compétence pour assurer la fonction enseignante au niveau secondaire. Après vérification, il est établi que cette liste de 48 agents est composée des enfants d’une ministre en fonction, ses proches et militants de son parti politique.

La question qui taraude l’esprit est de savoir comment le ministre des enseignements secondaires s’était laissé naïvement  embobiner  dans ce scandale qui n’est en réalité qu’une manœuvre savamment orchestrée par une ministre indigne désormais de participer au Conseil des ministres.

Dans cette tristement célèbre liste, l’on retrouve nommément les propres rejetons de la ministre, sa nièce, le chauffeur de son père, la belle fille de la ministre, les amis et connaissances des membres du cabinet de la ministre. Et le triste constat, c’est que tous les 48 ne remplissent aucun critère  d’être enseignants du secondaire.

Vivement pour que l’opération Maiboulala soit réactivée. En attendant la Haute autorité de la lutte contre la corruption et infractions assimilées (HALCIA) et la presse ont  du pain sur la planche. Si on n’arrête pas cette gangrène dans notre pays, l’on se demande légitimement où va le Niger ?

EMS

Niger Inter

GRATUIT
VOIR