C’est sous le haut patronage du Ministre de la Santé Publique, qu’un atelier de validation du Plan Stratégique National de Santé Communautaire s’est ouvert au Palais des Congrès de Niamey le lundi 4 novembre 2019 pour prendre fin le 5 novembre 2019. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique, Monsieur Abarchi Ranaou, en présence du Secrétaire Général du Ministère de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, des Représentants des Partenaires Techniques et Financiers, des Ministères concernés par les questions de la santé communautaire, des Directeurs Centraux et Régionaux, des Chefs Traditionnels, des Présidents des Conseils Régionaux, des représentants de l’Associations des Municipalités du Niger, des organisations de la société civile et plusieurs autres invités.

 

Dans l’allocution prononcée à cette occasion par le Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique, on retient que « depuis l’adoption de la Déclaration d’Alma Ata sur les Soins de Santé Primaire, le Niger a défini le secteur de la Santé Communautaire comme une priorité pour améliorer l’accès des populations aux services de santé. Pour rendre opérationnelle cette volonté, notre pays a souscrit à diverses initiatives mondiales et engagements en santé communautaire dont le dernier est la Déclaration d’Astana sur les Soins de Santé Primaire de 2018 ».

En effet, il convient de relever qu’une des grandes préoccupations du Gouvernement nigérien reste et demeure l’accessibilité des populations aux services de santé avec une bonne qualité de soin. Dans ce cadre, ce dernier a adopté les Soins de Santé Primaires, révisé la Politique Nationale de Santé, souscrit à diverses initiatives mondiales et engagements en santé communautaire qui se sont concrétisés à travers des expériences pilotes qui visaient à améliorer l’accès des populations aux soins et contribuer au slogan « la Santé pour tous d’ici 2000 ».

Bien que ces avancées aient été réalisées au cours des dernières années en faveur du système de santé particulièrement en ce qui concerne les enfants et les femmes, le pays continue de faire face à de nombreux défis dans le domaine de la santé.  D’où l’élaboration, l’adoption et la mise en œuvre par le Gouvernement d’un Plan Stratégique National de Santé Communautaire pour les 5 prochaines années.

D’après le Secrétaire Général du Ministère de la Santé, « une des raisons qui motive le développement des approches communautaires est la faiblesse de la couverture sanitaire de notre pays, malgré les énormes efforts consentis ces dernières décennies pour accroître l’accessibilité des populations aux soins et services de santé, environ 49% des populations vivent au delà de 5 km d’une formation sanitaire ».

Evoquant le Plan Stratégique qui sera soumis à l’appréciation des participants à l’atelier, il a ajouté que celui-ci « a été élaboré en tenant compte des résultats de l’analyse de la situation de la santé communautaire sur l’ensemble du territoire, du cadre analytique des Politiques et Stratégies de la Santé de la Reproduction et de l’opérationnalisation des services au Niveau communautaire ».

Prenant la parole peu avant l’ouverture des travaux par le Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique, la Représentante par intérim du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef), Mme Ilaria Carnevali, a souligné que ce plan est le fruit de près d’une année de travail acharné, de ténacité et de diligence soutenue  des cadres des Ministères de la Santé et des autres secteurs avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers et des organisations de la société civile.

Mme Ilaria Carnevali a, notamment, annoncé que les travaux du présent atelier « devront permettre de s’accorder sur les contenus du Plan Stratégique, notamment la vision, les orientations stratégiques et les actions prioritaires pour l’amélioration des interventions de santé à assise communautaire, ainsi que le cadre de mise en œuvre, la coordination et le suivi-évaluation qui l’accompagneront ».

La Représentante  de l’Unicef au Niger a, en outre, insisté sur l’importance « d’assurer la standardisation du profil des relais communautaires, le renforcement du système d’information sanitaire et la chaîne d’approvisionnement intégrant le niveau communautaire, et l’amélioration de la mise en œuvre des interventions multisectorielles communautaires ».

Enfin, pour la réussite de cette stratégie de santé communautaire et afin de se diriger vers une Couverture Sanitaire Universelle, elle a plaidé pour « la continuation du leadership notable du Ministère de la Santé Publique, du lien étroit avec les autres secteurs notamment le Développement  Communautaire et l’Aménagement du Territoire, la mobilisation et le maintien des allocations financières pour la santé communautaire, la stabilité des personnels clés et la fiabilité des données. Les efforts déjà en cours dans ce sens sont tangibles ».

Il faut aussi souligner que le Plan Stratégique National de Santé Communautaire a pour but de contribuer à la baisse de la mortalité infanto-juvénile et maternelle à travers la promotion de la santé, l’amélioration de l’accès des soins aux communautés éloignées et à l’amélioration de l’utilisation des services de santé avec la participation de la communauté.

Le Gouvernement nigérien est accompagné, dans le cadre de ce plan, par l’Unicef, le Fonds Mondial, l’OMS, le Fonds Commun d’Appui à la mise en œuvre du PDS, l’UNFPA et la Banque Mondiale.

Bassirou Baki Edir

 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR